Sainte-Adresse... dans le Guiness !

En 1953 est venu à Sainte-Adresse un pianiste français du nom de Robert Sergil qui s’attaqua avec succès au record de l’heure au piano dans le restaurant « Beauséjour » : 245 heures de musique sans interruption. 

Sergil 

Un jeune sportif, âgé de dix-sept ans, passionné de cyclisme, avait assisté à ce record avec son copain d’entrainement, en se rendant au Beauséjour trois soirs de suite pour encourager le pianiste à l’aide de diabolos menthe (sport oblige !) à des heures où la partie restaurant n’était pas ouverte au public entre 17 heures trente et dix huit heures… Il y avait beaucoup plus de monde au moment du dîner !

Sergil1

Or, au début de l'année 2013, sur une chaîne de TV française, un musicien anglais avouait à un journaliste l’espérance d’entrer au Guinness des records avec un peu plus d’une centaine d’heures passées au piano. Notre ancien cycliste, M. Fenestre, regardait cette émission et fut piqué au vif par le curieux espoir du musicien.

Internet, Google, Yahoo furent mis à la peine et finirent par rendre leurs verdicts : à force de fouiner il découvrit sur une vente aux enchères d'un site américain  la photo de Robert Sergil, photo qui ne trouva pas d'amateur ; on peut distinguer en arrière plan de ce cliché les bouteilles d’oxygène dont Robert Sergil se servit dans les dernières heures de son record. Et à sa grande surpise, notre cycliste se reconnu au premier plan du cliché. Cette photographie a été en effet prise par un journaliste américain accompagné d’un catcheur indien fort connu aux Etats-Unis, et tous deux descendus à Deauville, qui profitèrent de leur passage pour venir assister à la mémorable performance de Robert Sergil.

A présent disparu, Robert Sergil était connu dans le monde du jazz mais un entrefilet dans le journal du Havre ne fit pas se déplacer la foule pour le voir et l'écouter. Il jouait à droite de l’entrée, protégé par un rideau de tulle qui l’isolait des courants d’air, le dos tourné au passage allant vers la salle du restaurant.

Une rubrique d'un journal de... Miami évoque ce record.

Sainte-Adresse a oublié ! Mais les Américains se souviennent...